Maria Portugal-World View www.mariaportugal.net
Home » Actualités

Actualités

France: Déclaration de politique générale du Premier ministre

France: Déclaration de politique générale du Premier ministre - Maria Portugal-World View

Vérité, efficacité, confiance - Déclaration de politique générale du Premier ministre

Seul le prononcé fait foi.

 Monsieur le président,

Mesdames, messieurs les députés,

 

Trop de souffrance, pas assez d’espérance, telle est la situation de la France.

 Et c’est conscient de cette réalité que je me présente devant vous.

 Les Français nous regardent. Ils attendent beaucoup de nous. Et mon devoir, c’est de me hisser à la hauteur de leurs exigences.

 Par leur vote ou leur abstention historique lors des dernières élections municipales, ils ont dit leur déception, leur doute, leur mécontentement et parfois leur colère. Ils ont dit leur peur de l’avenir. Leur avenir, et celui de leurs enfants. Et puis il y aussi cette exaspération quand, à la feuille de paie déjà trop faible, s’ajoute la feuille d’impôt trop lourde. Enfin, ils ont exprimé leur soif de justice.

 

J’ai entendu leur voix. J’ai aussi entendu leur silence.

 Ils se sont prononcés contre l’impuissance politique. Ils veulent des résultats concrets en matière d’emploi, de lutte contre la précarité, de vie chère.

 Ce message, très clair, le Président de la République l’a entendu. Il en a tiré les enseignements politiques.

 

Et c’est conscient de la responsabilité que m’a confiée le Chef de l’Etat que je me présente devant vous, pour ouvrir une nouvelle étape du quinquennat.

 Je veux rendre, ici, hommage à Jean-Marc Ayrault. Il a agi avec droiture, sens de l’Etat, pendant vingt-deux mois. J’ai été fier d’être son ministre de l’Intérieur, comme socialiste, comme républicain et comme patriote.

 Dans des circonstances bien différentes, à cette même tribune, il y a 60 ans, un homme nous a montré la voie. Le mot d’ordre de Pierre Mendès-France – dire la vérité – m’oblige, nous oblige. La vérité, c’est le premier principe de la démocratie.

 

Je dirai donc la vérité aux Français. Je la leur dois.

 Vérité sur la situation d’urgence de notre pays. Vérité sur les solutions qu’il faut y apporter.

 La France est à un moment de son histoire où il faut se concentrer sur l’essentiel.

 Et l’essentiel, c’est de redonner confiance aux Français dans leur avenir.

 Dire l’essentiel pour retrouver l’essentiel : la confiance des Français. Tel sera mon propos.

 

Mesdames et messieurs les députés,

 La réalité est là, et il faut la regarder, sans trembler.

 J’ai vu, j’ai écouté ces retraités qui, à l’issue d’une existence d’efforts, vivent avec une maigre pension ; ces ouvriers qui attendent, depuis trop longtemps, de pouvoir retravailler ; ces salariés précaires pour qui le quotidien n’est pas le travail, mais la survie ; ces patrons de PME, ces artisans, ces commerçants qui n’ont qu’une seule obsession : sauver leur activité pour sauver leurs équipes ; ces agriculteurs, attachés à leur exploitation, qui font face à l’endettement et aussi à une forme de solitude.

 J’ai vu ces visages fermés. Ces gorges nouées. Ces lèvres serrées …

Lire La suite:

http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/verite-efficacite-confiance-declaration-de-politique-generale-du-premier-ministre-0

DH: 20 ans après la Déclaration de Vienne, l'heure du bilan...

DH: 20 ans après la Déclaration de Vienne, l'heure du bilan... - Maria Portugal-World View

Droits de l'Homme: 20 après la déclaration de Vienne, l'heure du bilan

 

18 septembre 2013 – À l'approche d'un événement commémoratif dont l'objectif sera de dresser un bilan de la situation mondiale en matière de droits de l'homme, deux décennies après la tenue à Vienne d'une conférence internationale historique sur la question, le Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme des Nations Unies, Ivan Šimonović, a déclaré mercredi qu'en dépit d'avancées significatives, de fortes restrictions continuent d'entraver le plein exercice de ces droits pour des millions de personnes à travers le monde.

La Conférence mondiale sur les droits de l'homme, organisée dans la capitale autrichienne en 1993, a marqué l'avènement d'un élan international renouvelé en faveur de la protection et la promotion des droits de l'homme, donnant notamment naissance à la Déclaration et au Programme d'action de Vienne (VDPA), ainsi qu'à la création du poste de Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, actuellement occupé par Navi Pillay

Afin de commémorer le 20ième anniversaire de la Conférence de Vienne, un événement au sommet se tiendra à New York, le 25 septembre, à l'initiative de Mme Pillay et du Président autrichien Heinz Fischer. Deux anciens Hauts Commissaires, Louise Arbour et Mary Robinson, prendront également part à l'événement, qui interviendra en marge du débat annuel de l'Assemblée générale.

« Nous pensons qu'il s'agit là d'une bonne occasion d'identifier, 20 ans après Vienne, les domaines où nous avons atteint nos objectifs, et ceux où nous avons échoué », a déclaré Ivan Šimonović, lors d'une conférence de presse à New York.

Entre autres réalisations, le Sous-Secrétaire a mentionné l'aménagement d'un cadre institutionnel « bien plus robuste », la création du Conseil des droits de l'homme, la mise en œuvre de la procédure d'examen périodique universel, grâce à laquelle les agissements des États font désormais l'objet de contrôles réguliers, et un corpus de traités internationaux « considérablement renforcé ».

« Cependant, un certain nombre de lacunes reste à déplorer », a-t-il reconnu, rappelant les atrocités commises au cours des dernières décennies dans de nombreux pays, tels que le Rwanda et le Sri Lanka.

M. Šimonović a également noté que la culture des droits de l'homme s'est largement propagée à travers le monde, comme en témoignent les aspirations exprimées à l'occasion du Printemps arabe. «Si les attentes en matière de droits de l'homme ne sont pas respectées, partout dans le monde, les populations se rebelleront ».

S'adressant également aux journalistes présents lors de la conférence de presse, Gerhard Doujak, le Chef du Département des droits de l'homme du Ministère autrichien des affaires européennes et internationales, il a précisé que la Conférence de Vienne a ouvert la voie à un véritable changement de paradigme.

« Le moment était opportun pour l'établissement de nouvelles normes en faveur de la promotion et la protection des droits de l'homme dans le monde », a déclaré M. Doujak, ajoutant que « vingt ans plus tard, le moment est venu pour nous de prendre du recul sur les engagements pris à Vienne ».

Les deux hommes ont par ailleurs exhorté les chefs de gouvernement appelés à être présents lors de l'évènement à se pencher sur leur vision d'avenir pour l'action en faveur des droits de l'homme.

La Déclaration et le Programme d'action de Vienne ont été décrits par Mme Pillay comme « le document le plus significatif du dernier quart de siècle et l'un des plus importants des 100 dernières années sur la question des droits de l'homme ».

« Il a affirmé le principe selon lequel les droits de l'homme sont universels, indivisibles, interdépendants et indissociables, et a fermement ancré la notion d'universalité en engageant les États à promouvoir et protéger l'ensemble des droits de l'homme pour tous les peuples, quels que soient leurs systèmes politiques, économiques et culturelles », avait déclaré la Haut Commissaire en juin dernier, lors d'une conférence organisée dans la capitale autrichienne sur le thème du 20ième anniversaire de la Conférence de Vienne.